<![CDATA[
L’année 2017 a été une année animée et riche en changements notables concernant la fiscalité, et 2018 me semble-t-il le sera tout autant. Plusieurs réglementations fiscales importantes vont entrer en vigueur dans le courant de l’année 2018, entrainant de ce fait des changements notables dans la vie des canadiens. En effet ces évolutions risquent de bouleverser les habitudes des canadiens durant les années à venir et changer également leur façon de remplir leurs déclarations de revenus.
Gouverner c’est prévoir et il est important de bien comprendre ces changements, leurs tenants et leurs aboutissants, et bien sûr de comprendre leur impact sur nos vies.
Nous devons comprendre ces nouveautés dans le but de pouvoir en amont mieux nous y préparer et pour pouvoir planifier les choses afin de tirer le meilleur parti quant à nos finances et quant à nos déclarations de revenus.
Nous verrons ci-dessous comment ces changements de réglementation fiscale venant du gouvernement fédéral du Canada pourront nous affecter, et cela en fonction de votre situation personnelle. Voici six changements importants à prendre en compte avant de faire votre déclaration cette année :

Crédit d’impôt pour personnes handicapées

Si vous, votre époux ou concubin, ou la personne que vous avez à charge souffre d’une déficience grave et prolongée de ses fonctions mentales ou physiques, vous devriez pouvoir bénéficier du crédit d’impôt pour personnes handicapées. Afin d’obtenir ce crédit, vous aurez à remplir le formulaire T2201, et le faire attester par un professionnel de santé. Une fois que l’ARC a accepté votre formulaire, vous pouvez demander le montant pour personnes handicapées dans votre déclaration.
À compter du 22 mars 2017, les infirmiers praticiens spécialisés ont été ajoutés à la liste des médecins praticiens autorisés à attester l’admissibilité d’une personne au CIPH.

Crédit canadien pour aidants naturels

Ce crédit remplace le crédit pour aidants familiaux, le crédit pour personnes à charge concerne les personnes atteintes d’une déficience mentale ou physique grave et prolongée âgée de 18 ans ou plus. Si vous avez donc un époux ou conjoint de fait, ou une personne à charge ayant une déficience des fonctions physiques ou mentales, vous pourriez avoir droit à ce crédit d’impôt non remboursable.

Crédit pour études et manuels

Jusqu’à présent les étudiants à temps plein, pouvaient bénéficier de ce crédit d’impôt non remboursable au fédéral qui ouvrait droit à un montant de 400 $ par mois d’étude, plus une somme additionnelle de 65 $ par mois d’enseignement pour les manuels. A partir du 1 er Janvier 2017 ces sommes ne pourront plus être réclamées.
Pour les étudiants à temps partiel, les montants sont respectivement de 120 $ et de 20 $ par mois.
Le total obtenu étant converti en crédit d’impôt de 15 % (12,5 % pour les résidents du Québec).
L’étudiant de la sorte pouvait annuler son impôt fédéral avec ce crédit et, s’il ne pouvait l’utiliser totalement, il pouvait alors le reporter au moment où celui-ci aurait un revenu imposable ou bien il pouvait choisir de le transférer à ses parents ou à son conjoint.
Même si ces montants ne peuvent plus être réclamés, vous pouvez tout de même reporter les montants que vous n’avez pas demandés lors des années précédentes.

Crédit d’impôt pour frais de scolarité

Les critères d’admission au crédit d’impôt pour frais de scolarité ont été revu à la baisse et ont été élargis sous certaines conditions, notamment de manière à inclure les frais payés pour les cours de qualification professionnelle n’entrant pas dans la catégorie du niveau postsecondaire.
Le budget fédéral 2016 abolit ce crédit d’impôt à compter du 1er janvier 2017.
Cependant, il prévoit que les frais de scolarité donneront toujours droit à un crédit d’impôt, et ce, autant au fédéral qu’au Québec. De plus, afin d’aider les étudiants qui reçoivent des bourses d’études ou de perfectionnement, des changements seront apportés pour veiller à ce que les autres dispositions de l’impôt sur le revenu, telle l’exemption d’impôt sur le revenu pour les bourses d’études, les bourses de perfectionnement ou les récompenses, qui reposent actuellement sur l’admissibilité au crédit d’impôt pour études, ne soient pas touchées par l’élimination de ce crédit.

Activités physiques et artistiques des enfants

En 2016 ces deux crédits d’impôts ont déjà été réduits de moitié :
En effet en 2016 le gouvernement fédéral a réduit de 50 % le crédit d’impôt remboursable pour les activités physiques des enfants ce crédit passe donc de 1000 $ à 500 $. Si les parents ont dépensé le maximum, cela signifie qu’ils bénéficieront d’une économie d’impôt de 75 $. »
Même chose pour le crédit d’impôt non remboursable pour les activités artistiques des enfants. Il passe de 500 $ à 250 $ pour une économie d’impôt maximale de 31 $ pour les contribuables québécois.

En 2017, ces deux crédits d’impôt disparaîtront totalement.

Le gouvernement québécois, de son côté, augmente le crédit d’impôt remboursable pour les activités des enfants à 400 $. L’économie maximale est donc de 80 $.

La fin du crédit d’impôt pour le transport en commun

Le budget Morneau prévoit des investissements accrus dans les infrastructures de transport, mais aussi l’abolition du crédit d’impôt de 15 % pour les laissez-passer de transport en commun.
À partir du 1er juillet, les Canadiens ne pourront plus déduire le coût de leurs titres de transport mensuels d’autobus, de métro ou de trains de banlieue dans leur déclaration de revenus.
Si l’on fait le calcul cela peut impacter les foyers canadiens à hauteur de 200 $ par an.
Pour les contribuables, la suppression de ce crédit fiscal se traduit tout de même par une diminution des remboursements d’impôt de 150 à 200 $ par an pour ceux qui résident en banlieue en tant qu’usagers quotidiens des transports en commun.

Remboursement de frais médicaux

L’ARC ou agence du revenu du Canada rappelle que plusieurs particuliers pourraient également réduire le montant de leur impôt fédéral en demandant un crédit d’impôt non remboursable pour une certaine gamme de frais médicaux. Dans certains cas, ils pourraient ainsi réclamer des frais médicaux pour eux ou leur époux ou conjoint de fait, leurs enfants à charge de moins de 18 ans et certaines autres personnes à charge.
Pour bénéficier de ce crédit certaines conditions sont à remplir :
Les frais médicaux concernés doivent être admissibles, selon la liste de frais médicaux déductibles de l’Agence ; avoir été payés par le demandeur ou son époux ou conjoint de fait ; enfin, les dépenses doivent avoir été effectuées dans une période de 12 mois se terminant en 2017 et aucun remboursement ne doit avoir été demandé pour celles-ci en 2016.
Autre nouveauté : Les particuliers ayant besoin de recourir à une assistance médicale des services « maternité » ou « centre des naissances » pour donner naissance pourront dorénavant déduire les dépenses occasionnées pour cela au même titre que les particuliers rencontrant des problèmes d’infertilité.
Source :www.impotexpert.ca
Changements notables
www.alldaybusiness.com]]>